Chef d’oeuvre de Justinien, Empereur Byzantin, construite en 537, la basilique Sainte-Sophie (Hagia Sophia, en grec) devient le monument mondial de la chrétienté orthodoxe et le symbole de la chrétienté universelle avec la Basilique de Saint Pierre.

Avec ses 55 mètres de hauteur et ses 30 mètres de diamètre, son dôme est le plus grand du monde pendant plus de mille ans. Tiraillée entre l’Occident et l’Orient, le christianisme et l’islam, le politique et le religieux, le chef-d’œuvre de Justinien sis à Istanbul (Constantinople) n’a cessé d’attiser la convoitise depuis quinze siècles.

S’agissant d’un Héritage Mondial, l’UNESCO a annoncé que la contribution de toutes les communautés est nécessaire afin de préserver cet héritage et mettre en valeur sa signification.

Or, depuis plusieurs années, exécutant sa politique d’éradiquer toute évolution spirituelle de son peuple, le Président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdoğan, sans aucun dialogue préalable ni consultation avec la communauté internationale, transforme Sainte Sophie en mosquée.

En 2020, le Conseil d’Etat turc révoqua le décret de Mustafa Kemal Atatürk (le fondateur de la République Turque), reconnaissant depuis 1934 le statut de musée à Sainte-Sophie qui l’avait rendue un monument universel, accessible à tout le monde.

Pis, la Basilique Sainte-Sophie sera placée sous l’autorité des affaires religieuses (Diyanet) pour dorénavant recevoir les prières des musulmans exerçant ainsi «les droits souverains» de la Turquie en la mettant ainsi à l’écart de l’universalité qui unit les peuples par des monuments.

Instaurant la censure, le Président turc déclare même que « chaque opinion qui dépasse le simple fait d’exprimer un avis, sera considérée comme une violation de nôtre indépendance».

Dans ces conditions, la première prière collective islamique a eu lieu à la basilique de Sainte-Sophie, le 24 juillet 2020 (le même jour en 1923 où le Traité de Lausanne a été signé entre la Turquie et les Alliés vainqueurs) en présence de Recep Tayyip Erdoğan.

Comme il fallait s’attendre, la reconversion de la basilique de Saint-Sophie en mosquée a suscité plusieurs réactions à l’international.

D’abord, l’UNESCO mais aussi le Pape François qui a exprimé sa tristesse par tous ces événements. De son côté, le Patriarche Orthodoxe d’Istanbul, Bartolomeos, a précisé que «Sainte-Sophie ne serait plus un symbole de dialogue ni une coexistence pacifique entre les gens et les cultures».

Le Secrétaire Général du Conseil Internationale des Eglises, Ioan Sauca, s’est adressé à Erdogan pour lui déclarer que le fait de ne pas respecter ce patrimoine à caractère mondial, met en danger les valeurs démocratiques étant susceptible d’inciter d’autres pays à faire des conversions similaires de leurs monuments religieux, en provoquant ainsi une instabilité de la communauté mondiale.

De nombreux pays, parmi eux la France ainsi que les Etats-Unis, ont exprimé leur profonde déception.

Le Ministère Grec des Affaires Etrangères conteste fortement cette transformation et précise dans son annonce officielle que Sainte-Sophie appartient à toute l’humanité et que la Grèce fera tout le possible pour sensibiliser la communauté globale sur les répercussions physiques et spirituelles de cet acte.

Des écrivains mondialement distingués n’ont pas manqué de réagir comme l’historienne et byzantiniste, Madame Hélène Glykatzi-Ahrweiler déclarant qu’il s’agit «d’un acte de barbarie » et pour conclure que « si un peuple a besoin de tels symbolismes pour préserver son cohérence, en effet se trouve très loin des idéaux européens».

Constituant un des symboles les plus forts de l’Humanité, la basilique de Sainte-Sophie maintiendra alors son rôle universel consacré depuis des siècles à travers de tous mouvements historiques et idéologiques ?

Il est juste question de savoir à quel moment l’avenir nous prouvera que cette transformation unilatéralement imposée bafouant la sensibilité humaine universelle suscitera des nouvelles répercussions physiques et spirituelles non seulement à Istanbul, en Turquie mais surtout dans le monde entier.

 

Stephanie Papazoglou, Despoina Manesi, Katerina Metitanidou

Institut Hellénique de la Diplomatie Culturelle Paris

 

Bibliographie:

Communiqué du Ministère des Affaires Étrangères concernant la conversion de la Sainte Sophie en mosquée, 24 juillet 2020,https://www.mfa.gr/france/fr/the-embassy/news/communique-du-ministere-des-affaires-étrangères-concernant-la-conversion-de-sainte-sophie-en-mosquée.html ;

Le Traité de Lausanne, https://www.mfa.gr/images/docs/diethneis_symvaseis/1923_lausanne_treaty.doc;

Le Monde, « les trois vies de Sainte-Sophie, joyau d’Istanbul, qu’Erdogan veut de nouveau transformer en lieu de culte musulman », 11 juillet 2020, https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/11/heurs-et-malheurs-de-saintesophie_6045897_3210.html;

ONU info/ Jing Zhang, “Sainte Sophie à Istanbul: l’UNESCO regrette la décision des autorités turques”, 10 juillet 2020, https://news.un.org/fr/story/2020/07/1072801 ;

OrthodoxTimes, “Glykatzi Ahrweiler on Hagia Sophia:I wouldn’t be surprised to hear that the mosaics are in tears”, 11 juillet 2020, https://orthodoxtimes.com/glykatzi-ahrweiler-on-hagia-sophia-i-wouldnt-be-surprised-to-hear-that-the-mosaics-are-in-tears/ ;

The New York Times, https://www.nytimes.com/2020/07/14/opinion/hagia-sophia-turkey-mosque.html;

The Washington Post, https://www.washingtonpost.com/world/2020/07/13/hagia-sofia-mosque-erdogan/ ;

Vatican News, “Le Pape pense à Sainte Sophie et exprime sa douleur”, 12 juillet 2020, https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2020-07/pape-francois-reaction-sainte-sophie-turquie-angelus.html ;

YouTube, “Erdoğan’s public address on Hagia Sophia”.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ΑΦΗΣΤΕ ΜΙΑ ΑΠΑΝΤΗΣΗ

Please enter your comment!
Please enter your name here