« Noël n’est pas un jour ni une saison, c’est un état d’esprit »

Calvin de Cooldige

 

Bien que je sois une personne du sud, j’aime tellement l’hiver …. Aussi contradictoire que cela puisse paraître, je crois que la chaleur que je ressens ces jours de décembre sont celles qui m’accompagnent toute l’année ….

Le souvenir d’être assise en famille devant la cheminée et de jouer aux cartes, de rire, de crier, de pleurer en se souvenant de ceux qui ne sont plus là mais nous aimerions qu’ils soient ici …. C’est ce qui garde mon cœur chaud …. Et oui…, je choisis de garder Noël tous les jours dans mon cœur …. parce que pour moi Noël n’est pas seulement un jour ni une fête Chrétienne,  Noël est un mode de vie.

Nous sommes déjà quelques jours avant de réveillon de Noël, le 21 décembre 2020 où je me sens tellement fatiguée de ce qui se passe autour de moi, de la douleur et de la tristesse qui accable mes semblables …

Je regarde par la fenêtre les maisons décorées…Je m’amuse avec les lumières de mon propre sapin de Noël qui clignotent …. Des images s’élèvent …. Des images de mon enfance …. Des odeurs inondent ma maison … Ah ces odeurs des « kourabiedes » et des «melomakarona » de ma grand-mère…

Et voilà… mon frère et moi… nous profitons des vacances de Noël … si insouciants … nous savons que pendant 15 jours le réveil ne sonnera pas …. L’école nous attendra à partir du nouvel an …. Nous courons … nous jouons … nous nous disputons …

Et mon grand-père nous regarde être si heureux … il s’assied sur sa chaise … Je m’assois sur ses genoux et lui présente la liste des cadeaux que j’attends du Père Noël … barbies, jouets sont les premiers parmi d’autres sur ma liste.

Une larme coule sur ma joue …. je retourne à mon présent …. à Paris, toute seule et loin de ceux que j’aime …. mais avec d’autres qui ont trouvé une place dans mon cœur… Je m’interroge sur la façon qui permettrait de montrer que nous, les être-humains, sommes les mêmes partout sur la terre et que seuls nos stimuli, notre langue et nos traditions nous différencient …

Je cherche sur Internet les coutumes de Noël en France et en Grèce…. Un voyage culturel commence pour moi…., pour vous….

Nos amis français consacrent tout le mois de décembre à la préparation de Noël. C’est le 1er décembre où les enfants ouvrent leur première « fenêtre / porte » du calendrier de l’avent.  La semaine du 25 décembre est consacrée à la préparation des cadeaux et tout ce qui est nécessaire pour le soir du 24 décembre.

Le réveillon de Noël, fêté le soir du 24 décembre, est très important pour les français croyants ou pas, qui se réunissent en famille autour d’une table bien décorée pour fêter Noël et déguster des plats traditionnels, du bon vin et du champagne.

Traditionnellement et religieusement, la table est décorée par trois chandeliers sur la table, qui représentent la Trinité et d’une nappe avec des noueux afin que le diable ne puisse pas passer sous la table.

Ce diner peut durer toute la nuit à la lumière de l’ambiance festive et de l’euphorie.

Il mérite de souligner que le mot ”Réveillon” provient du verbe ‘’réveiller’’ ou ‘’revivre’’. Ainsi, il est le moment où les relations familiales et humaines sont priorisées et nous repensons ce qui a un sens réel dans la vie.

La table de Noël française comprend une variété de plats qui se diversifient selon les coutumes régionales.

Toutefois, sois sûr que les plats suivants feront partie du diner de Réveillon, tels que le saumon fumé et les huîtres avec pain au son et du (vrai) beurre, le foie gras (foie gras d’oie ou de canard), l’oie, le chapon ou dinde farcie aux châtaignes et les portions de légumes comme les haricots verts cuits avec de l’ail et du beurre et des pommes de terre sautées aux herbes de la province. Bien évidemment, pour la fin du diner, la bûche de Noël, traditionnellement faite de chocolat et de châtaignes, fera un effet particulier aux papilles des gourmands.

En ce qui concerne les desserts de Noël, on peut trouver 13 genres différents de gâteaux en France. Leur variété et leur nombre sont importants, parce qu’ils symbolisent le Jésus et les 12 apôtres lors de la dernière Cène. Les desserts typiques comprennent les fruits, les noix et les sucreries telles que les figues sèches, les noisettes ou les noix, les amandes et les raisins secs ou un gâteau appelé Pompe à l’huile. Dans le cadre de cette tradition de Noël en France, chacun doit goûter chaque dessert pour avoir de la chance pour l’année à venir.

Tout au long des fêtes, on trouvera dans toutes les maisons françaises les papillotes, création lyonnaise du XVIIIème siècle, qui sont des chocolats (ou fruits confits) enveloppés dans un papier étincelant doré aux extrémités frangées et dans son intérieur, une petite note écrite est cachée. Bien évidemment, le vin chaud a ‘’sa place d’honneur’’ dans les marchés et bars au cours des fêtes.

Au Sud de l’Europe, pour les grecs, le soir du 24 décembre signale la fin d’un jeûne de 40 jours. Les grecs font donc un bon repas le soir de Noël. Il ne s’agit pas vraiment d’un réveillon, vu que les grecs célèbrent le « réveillon » plutôt le 31 décembre à minuit.

Cette fête familiale religieuse est célébrée autour d’une table dont les plats varient d’une région à l’autre. Les plats de plus en plus entendus sont le porc servi comme première viande à rompre le jeûne de l’avènement, la dinde farcie (plat commun avec la France), le vin chaud ou le raki au miel sont souverains. Bien évidemment, le pain ne pourrait pas être absent. Pour le diner de Noël grec, on trouvera sur la table le « Christopsomo », présenté sous la forme d’un pain rond sur lequel est dessiné une croix byzantine.

En ce qui concerne les desserts festifs, si on se trouve en Grèce, on doit impérativement déguster les « melomakarona », des « biscuits » au miel et aux noix, les « kourabiedes », des biscuits aux amandes, recouverts de sucre glace, ainsi que les « Diples », qui sont des pâtisseries sirupeuses venant du Péloponnèse.

Pour les grecs et les français chrétiens, la messe de Noël a une place importante dans la célébration de Noël. Une messe à l’église a lieu soit le minuit du 24 décembre soit le matin de 25 décembre.

En Grèce, cette ambiance festive est complétée par « kalanta ». Il s’agit des chansons de Noël que les enfants chantent la veille de Noël et le 31 décembre au matin. Ils les chantent avec un simple triangle en fer allant de maison en maison et dans la rue. Il est d’habitude de les récompenser en leur offrant quelques pièces ou des chocolats ou des gateaux.

Noël est également gravé dans l’esprit de nous tous au-delà des retrouvailles avec nos amis et notre famille pour sa décoration spéciale. En France et en Grèce, nous commençons à décorer le sapin de Noël quelque jours avant le jour de Noël.

La crèche au-dessous du sapin est un élément décoratif qui ne peut pas être négligé. Le gui est aussi répandu dans la décoration festive et les légendes que les caresses et les bisous au-dessous d’un gui portent le bonheur pour le couple tout au long de l’année. La tradition des chaussures des enfants près de la cheminée est aussi répondue en France et en Grèce dans l’objectif que le Père Noël les trouve et les remplit de petits cadeaux ou friandises.

En Grèce tu trouveras également la décoration du bateau de Noël « Karavaki », tradition très liée à la physionomie maritime du pays. Il mérite de souligner que le premier sapin de Noël a été décoré en Grèce par Otto dans son palais en 1833 et que ce n’était qu’après 1950 que le sapin de Noël a commencé à remplacer la tradition de la décoration du bâteau de Noël.

En ce qui concerne les cadeaux de Noël, nos amis français les offrent le matin de Noël contrairement aux grecs qui les offrent le 31 décembre le minuit. Le Père Noël des grecs est incarné par Saint Basile, évêque de Césarée, qui, s‘engagea dans un combat contre la famine et trouva un moyen de distribuer les pièces aux pauvres en les cachant dans une pita (gâteau). Il s’agit de la « Vasilopita » (une brioche) que les Grecs partagent le 31 décembre à minuit avec les cadeaux. A l’intérieur de la « Vasilopita », il y a une pièce d’or cachée. La personne qui trouvera la pièce portera le bonheur et la chance tout au long de l’année. Dans cet objectif, les grecs « coupent » la « Vasilopita » autant des parts qu’il y a de convives et ajoutent quatre supplémentaires, une pour Jésus, une pour la maison, une pour Saint Basile et une pour le pauvre.

Enfin, Il semble que les deux pays fêtent tellement différemment l’Epiphanie. Pour les français, c’est le jour de la Galette de Rois, un gâteau accompagné par la couronne en papier pour le « roi » qui trouve la fève – une petite figurine / haricot caché dans leur morceau de gâteau.

 

En revanche, ce jour appelé par les grecs « Theophania », il est célébré d’une manière assez différente. Ainsi, le pope bénit les eaux de la mer ou de la rivière et jette une croix dans l’eau, les jeunes gens téméraires se jettent alors à l’eau afin de récupérer la croix. Celui qui la ramène à la surface est béni par le pope. Cette personne est considérée comme porteur de chance pour le nouvel an.

En guise de conclusion, indépendamment les coutumes du chaque pays, il est évident que les fêtes de Noël marquent un nouveau départ, une renaissance spirituelle qui doit être caractérisée par  l’humanité, la générosité, l’amour et la solidarité.

Pour ces fêtes de Noël, je partage avec vous les suggestions d’Oren Arnold, pour une année plus paisible et harmonieuse et souhaite à tous nos lecteurs santé, bonheur et prospérité.

« Suggestions de cadeaux de Noël :

A votre ennemi, le pardon.

Pour un adversaire, la tolérance.

Pour un ami, ton cœur.

Pour un client, un service.

A tous, la charité.

Pour chaque enfant, un bon exemple.

Pour vous, le respect. »

Oren Arnold.

Je viens d’arriver à ma destination…. Mon voyage culturel prend fin…. C’est le moment de célébrer les fêtes de la fin d’année.

 

Anthi Spiliotopoulou

Responsable des Ressources Humaines

      Institut Hellénique de la Diplomatie Culturelle de PARIS

ΑΦΗΣΤΕ ΜΙΑ ΑΠΑΝΤΗΣΗ

Please enter your comment!
Please enter your name here